• lesmotsmamuse

La pluie contre la vitre

Il s’est assis plutôt brusquement. Je dis « il », mais je n’ai pas ouvert les yeux. Je garde la tête appuyée contre la vitre. Je dis « il » à cause de sa carrure, peut-être de son souffle fort et de l’odeur de cigarillo qui se dégage de ses vêtements. Il remue. Un frottement se fait entendre puis des clics, des chtacs, des tocs… Le voilà qui pianote ; s’il est un son qui m’énerve, c’est bien celui du clavier d’ordinateur sur lequel les doigts… s’énervent. Je cherche d’autres sons pour me distraire de mon agacement.

« Chérie, ferme le vasistas de la chambre avant de sortir, j’ai oublié et il pleut. C’est bon ? Tu es réveillée ? Tu te lèves, je ne te rappelle pas. Et pars à l’heure, d’accord ? Je t’aime ma puce. Bisous. À ce soir. »

Ils sont tous au téléphone pour ne surtout pas avoir à parler à leur voisin, leur voisine de fauteuil. Et moi, je ferme les yeux. Pour la même raison.

Et la pluie contre la vitre pianote en stéréo. J’aime la pluie.

suite...

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout